La rhinite allergique

Allergies | Blog Santé
05.06.2024
femme dans un champs de fleurs

Eternuements au printemps ? Nez bouché ? Difficultés à respirer ? Vous souffrez peut-être de rhinite allergique, communément appelée rhume des foins. Votre médecin va évoquer le diagnostic en recueillant vos symptômes et en recherchant dans votre environnement les circonstances qui provoquent ces désagréments. Le but est d’identifier les allergènes afin de pouvoir ainsi les éviter.

Généralités sur la rhinite allergique

Qu’est-ce que la rhinite allergique ? 

Il s’agit d’une inflammation de la muqueuse du nez. Elle est la conséquence d’une réaction immunitaire déclenchée par une exposition à une ou plusieurs substances qu’on retrouve dans l’environnement que ce soit à l’extérieur ou à l’intérieur des maison.
Ces substances sont appelées allergènes et comprennent notamment les  pollens, graminées, acariens etc.).

On parle de rhinite :

  • Intermittente ou saisonnière lorsque les symptômes arrivent périodiquement dans l’année ;
  • Persistante ou apériodique lorsque l’exposition aux allergènes a lieu tout au long de l’année (il s’agit principalement des allergies aux acariens et autres allergènes d’intérieurs tels que les poils d’animaux).

La rhinite allergique est une affection bénigne. Cependant les complications sont nombreuses. On retrouve un sommeil perturbé (mauvaise qualité, ronflements, réveils nocturnes), des infections plus fréquentes (rhumes, sinusites, otites), de l’asthme etc.

La rhinite peut également perturber les activités scolaires, sociales et professionnelles.

Quelques chiffres

  • C’est la 4e maladie chronique mondiale selon l’OMS ;
  • On estime qu’une personne sur 4 en est atteinte dans les pays développés ;
  • 9 patients sur 10 ont moins de 40 ans (avec un pic durant l’enfance et l’adolescence) ;
  • En 2050, 1 personne sur 2 sera allergique selon l’OMS ;
  • 80% des patients allergiques sont sensibilisées à plusieurs allergènes simultanément (3 en moyenne).

Quels sont les allergènes incriminés ?

A la fin de l’hiver on retrouve les pollens d’arbres : noisetiers et aulne en début d’année puis à l’approche du printemps bouleau, frêne, hêtre, chêne.

Au printemps, les principaux allergènes sont les pollens de graminées (fléole des prés, seigle, avoine, blé, dactyle…).

A la fin de l’été, il s’agit essentiellement de pollens d’herbacées (armoise, ortie…) et d’ambroisie.

Quels sont les symptômes ?

  • Eternuements
  • Rhinorrhées (écoulements par le nez)
  • Démangeaisons au niveau de la sphère ORL (palais, nez, pharynx) et des yeux
  • Larmoiements voire conjonctivite
  • Difficultés respiratoires
  • Altérations de l’odorat
  • De manière générale : fatigue, irritabilité
allergies respiratoires

En pratique, comment réalise-t-on le diagnostic d’une allergie au laboratoire ? 

Une consultation auprès de votre médecin généraliste ou d’un allergologue est indispensable, elle permettra de présumer des allergènes responsables de vos symptômes et d’orienter le diagnostic.

Les différents types de tests

test cutané pour détecter une allergie
Tests cutanés

Certains allergènes ne peuvent pas être détecteés dans le sang et nécessitent des tests cutanés à réaliser chez le médecin.

Tests dans le sang

Dans le sang, on peut chercher une sensibilité à un allergène ou un groupe d’allergènes. Ainsi, le medecin peut prescrire :

  • Un RAST unitaire si un allergène en particulier est suspecté
  • Un mélange de RAST : respiratoires (Phadiatop®) et alimentaires (Trophatop®). Ces mélanges comprennent un mixte d’allergènes respiratoires ou alimentaires les plus fréquents. Lorsque le test est positif, il permet d’orienter le médecin ou l’allergologue vers un groupe d’allergènes responsables.
  • Un panel (respiratoire, alimentaires et mixtes) qui recherche davantage d’allergènes (une trentaine selon les panels utilisés). Il ne s’agit pas d’un test de dépistage mais plutôt d’un test d’interêt lorsque les allergènes sont difficilement isolés par l’interrogatoire clinique (multi-sensibilisations, bilan allergologique sans orientation…)

Quelles sont les conditions à respecter pour réaliser ces analyses ? 

Ces tests peuvent être effectués à tout âge, à partir d’une prise de sang. Ils ne necessitent pas d’être à jeun, ni l’arrêt des traitements. 

La CNS prend en charge 6 RAST maximum (unitaires ou mixtes) OU 1 panel. Les autres analyses, si elles sont prescrites en même temps sont à votre charge. 

Vous souhaitez vous informer & prendre soin de votre santé ?

Inscrivez-vous à la newsletter patients Ketterthill !
Recevez des informations santé et conseils de prévention chaque mois

Aller au contenu principal