Le diagnostic de la Maladie de Lyme

Malgré toutes les précautions prises lors de vos balades et promenades en forêt, vous avez retrouvé une tique accrochée à votre peau ! Et là vous vous posez LA question : Ai-je contracté le maladie de Lyme ? 

Cette semaine, nous faisons le point sur les moyens à la disposition des médecins pour aider au diagnostic. 
Pour cela, votre médecin s'appuiera sur 3 points essentiels : 

- L’environnement dans lequel vous évoluez ou avez évolué (régions à risque, saison, profession...)
- L’étude des symptômes : le plus important
- Les tests de laboratoire à demander en fonction des points précédents

 

LES SYMPTÔMES AUXQUELS RESTER ATTENTIF

Si vous développez ces signes cliniques (cf. illustration), n'hésitez pas à demander l'avis de votre médecin. 

 

 

LES TESTS EN LABORATOIRE

Il existe plusieurs types de tests. Nous ne parlerons ici que des tests réalisés au Laboratoire Ketterthill, c’est-à-dire les tests de dépistage ELISA et les tests de confirmation par western-blot qui détectent les anticorps fabriqués contre les bactéries Borrelia responsables de la maladie de Lyme. Les tests de dépistage détectent les anticorps fabriqués après un contact avec la bactérie Borrelia. Mais ces tests donnent parfois de faux positifs. C’est pourquoi lorsque le test de dépistage est positif ou équivoque, on poursuit les investigations avec un test de confirmation. Il va éliminer les cas de tests positifs liés à d’autres causes et ne garder que les cas de vrais Borrelia. Ainsi après avoir réalisé les 2 tests, nous sommes capables d'indiquer si nous détectons ou pas des anticorps spécifiques de la borréliose.


Mais attention, l’interprétation dépend du moment où ils sont réalisés par rapport aux symptômes cliniques et c’est là que réside la difficulté d’interpréter correctement un test de Borrelia.
 

QUAND RÉALISER CES TESTS ? 

Les tests de laboratoires peuvent apporter une aide précieuse au diagnostic à la condition qu’ils soient réalisés au bon moment et en fonction de votre histoire personnelle liée à la maladie. 

Il existe une multitude de situations dans lesquelles les tests se révèlent inutiles : 
- Si la piqure est récente :  Inutile de faire le tests trop rapidement ! Il faut en moyenne 3 semaines au système immunitaire pour fabriquer des anticorps spécifiques à un agent pathogène. Ainsi, un test fait trop tôt après la piqure sera forcément négatif ou douteux (moment où le corps commence à fabriquer des anticorps mais en très faible quantité). Dans ce cas, il faut effectuer une surveillance clinique pendant 30 jours.

- Si votre médecin vous a prescrit des antibiotiques car : 
1) Les antibiotiques vont tuer la bactérie. Le système immunitaire n'aura pas le temps de reconnaître la bactérie et ne fabriquera pas d’anticorps. Un résultat négatif ne voudra pas dire que vous n’avez pas été en contact avec une Borrelia mais juste que le traitement a été efficace.
2) Le système immunitaire a peut-être déjà fabriqué des anticorps et dans ce cas, ils resteront longtemps en circulation. Une sérologie positive après un traitement antibiotique signifiera juste qu’il y a eu un contact avec une Borrelia mais pas qu’il y a une infection active. Il est inutile suivre une sérologie après un traitement antibiotique, les anticorps restent positifs pendant des années.

- Si vous avez déjà eu une infection auparavant : Les anticorps peuvent être retrouvés dans le sang des années après une infection. Un résultat positif ne signifie pas une infection récente. On ne peut pas faire la différence entre une infection récente et une infection ancienne, une infection active ou une infection guérie.

-Si vous n’avez pas de signes cliniques : C'est également inutile. Par exemple, vous avez pu développer une infection dans le passé avec synthèse d’anticorps, correctement traitée et les anticorps peuvent rester plus de 10 ans. 

 

QUAND SONT-ILS UTILES ? 

La réalisation des tests en laboratoire s'avère utile dans le cas de figure suivant : 

- En cas d'apparition de signes cliniques comme décrit au début de cet article (cf. illustration). Les anticorps sont présent dans 70 à 90% des cas au moment de l’apparition des symptômes. Devant un résultat négatif avec des signes cliniques évocateurs, il peut être utile de refaire une sérologie 4 à 6 semaines plus tard. 

Attention : 
- Un test positif n’est pas synonyme de maladie, juste d’un contact avec la bactérie Borrelia.
- Le test ne distingue pas une infection bactérienne active d’une infection passée
- Les anticorps peuvent rester positifs pendant 10 ans.
 

Vous souhaitez vous informer & prendre soin
de votre santé ?

Inscrivez-vous à la newsletter patients Ketterthill ! 
Recevez des informations santé et conseils de prévention chaque mois