La NASH, qui est concerné ?

Cette maladie peut concerner tout le monde, même si le risque est augmenté en cas de surcharge pondérale - même légère – d’un  diabète, d’une augmentation du cholestérol ou des triglycérides, ou d’une l'hypertension artérielle.

Le manque d'exercice, la sédentarité, ou une alimentation riche en sucres (dont les sodas) et la malbouffe favorisent également l'apparition de cette pathologie.

 

On parle de « maladie du soda » car les sodas contiennent beaucoup de sucres.

Mais remplacer les sodas « normaux » par des sodas allégés, sans sucre ou 0% serait-il une solution ?

Et bien, non, les faux sucres et édulcorants n’alertent pas les centres de satiété du cerveau comme le ferait un vrai sucre. Par conséquent, les centres de l’appétit continuent d’être stimulés appelant à consommer encore plus de sucre.

Attention également aux sucres cachés. Il y en a beaucoup dans les produits industriels, les jus de fruits, les sauces, les pains de mie, les produits diététiques, et même les poêlées de légumes préparées.

 

Ce sont les hommes de plus de 50 ans, mais aussi les femmes après la ménopause qui sont les plus touchés.

Mais depuis quelques années, la NASH s'observe également chez des patients de plus en plus jeunes qui ont une surcharge pondérale, un régime alimentaire "à l'américaine" (soda, beaucoup de glucides...) ou peu équilibré, ou qui présentent certains facteurs de risques.

De plus, même sans surpoids, on peut être atteint. On retrouve 5 % de NAFLD chez les sujets minces et 12 % des sujets non obèses.


 

    Vous souhaitez vous informer & prendre soin
    de votre santé ?

    Inscrivez-vous à la newsletter patients Ketterthill ! 
    Recevez des informations santé et conseils de prévention chaque mois