Journée mondiale de lutte contre les Hépatites

Organisée tous les 28 juillet à l’initiative de l’OMS, la journée mondiale de lutte contre les hépatites est destinée à faire connaitre les différentes formes de cette maladie, à sensibiliser au dépistage et à rappeler les mesures de prévention pour lutter contre ce fléau mondial.



Qu’est-ce qu’une hépatite virale ?

Une hépatite virale est une atteinte inflammatoire du foie par réaction du système immunitaire qui détruit les cellules du foie (hépatocytes) infectés par le virus. Il existe 5 types de virus : A, B, C, D et E responsable d’hépatite virale. Ces virus sont sensiblement différents tant du point de vue de leur fréquence, de leur gravité, de leur histoire naturelle, de leur prévention, de leur diagnostic et de leur traitement.

Combien de cas ?

Les hépatites virales représentent un problème majeur de santé publique dans le monde avec environ 325 millions de personnes atteintes d’infections chroniques (hépatites B ou C) et plus d’un million de décès chaque année (1,34 million en 2015). Cependant, on considère que de nombreuses personnes ignorent s’ils ont été en contact avec un virus responsable d’hépatite, quelque qu’il soit.

On estime que 57 % des cas de cirrhose du foie et 78 % des cas des cancers hépatiques primaires résultent d’une infection par le virus de l’hépatite B (VHB) ou le virus de l’hépatite C (VHC).

Hépatite A (VHA) : Dans le monde, 1,4 million de cas /an ont été enregistrés.

Hépatite B: Dans le monde, environ 2 milliards de personnes ont été infectées par le VHB. Plus de 257 millions de personnes présentent une infection chronique par le VHB.

En 2015, 887 000 personnes sont décédées des suites d’une infection par le VHB malgré l’existence d’un vaccin.

Hépatite C: Environ 71 millions de personnes souffrent d’une infection chronique par le VHC. Selon l’OMS, en 2015, environ 399 000 personnes sont décédées à la suite d’une infection par le virus de l’hépatite C.

Hépatite D (plus rare): Environ 5% des patients infectés par l’hépatite B le sont également par l’hépatite D. En effet le virus de l’hépatite D se comporte comme un virus satellite de l’hépatite B.

Hépatite E (plus rare) : On estime chaque année à 20 millions le nombre d’infections par le virus de l’hépatite E, à plus de 3,3 millions de cas aigus d’hépatite E et à 56 000 le nombre de décès liés à la maladie.

Comment la maladie se transmet ?

L’hépatite A se transmet en général par voie féco-orale, soit par contact direct d’une personne à l’autre, soit par ingestion d’eau ou d’aliments contaminés. Dans de nombreux cas, l’infection est bénigne, entrainant une immunisation contre de nouvelles infections par le VHA. Il arrive cependant que l’infection soit grave et engage le pronostic vital. Il existe des vaccins sûrs et efficaces pour la prévention de l’hépatite A.

L’hépatite B se transmet par l’exposition à du sang, du sperme et d’autres fluides corporels contaminés. Il peut également être transmis par une mère infectée à son enfant au moment de l’accouchement. Il existe un vaccin sûr et efficace pour la prévention de l’hépatite B qui pourrait éviter 80% des nouvelles infections en France.

L’hépatite C se transmet principalement par l’exposition à du sang contaminé : transfusions sanguines, partage d’aiguilles et de seringues entre consommateurs de drogues injectables. La transmission sexuelle ou intrafamiliale est possible, mais moins fréquente. Malheureusement à l’heure actuelle Il n’y a pas de vaccin contre l’hépatite C.

Hépatite D : les infections par le virus de l’hépatite D surviennent presque exclusivement chez les personnes déjà infectées par le VHB.

L’hépatite E : se transmet par la consommation d’eau ou d’aliments contaminés, principalement les aliments à base de porc, sanglier et cerf insuffisamment cuits

Comment faire le diagnostic ?

Une simple prise de sang permet de faire le diagnostic des hépatites.

Selon les hépatites, on recherche les anticorps fabriqués par le système immunitaire en réaction aux virus (Hépatite A, B et C) ainsi que de minuscules fragments de virus appelé antigène (hépatite B).

En fonction des résultats, le biologiste de votre laboratoire peut savoir s’il s’agit d’une infection récente ou plus ancienne ayant favorablement évoluée ou si l’hépatite est devenue chronique.

Le biologiste informe votre médecin du stade de la maladie et lui suggère d’autres analyses à effectuer si nécessaire telle que des charges virales pour mesurer la quantité de virus restant dans l’organisme, ou encore un génotypage pour l’hépatite C afin d’adapter le meilleur traitement.

Les avancées dans le domaine des hépatites virales vit actuellement une révolution sans précédent dans le cadre du traitement de l’hépatite C notamment, donnant l’espoir de guérir presque tous les patients atteints. Par ailleurs, des recherches avancées sont menées afin de contrôler l’hépatite B et devraient aboutir à de nouveaux concepts thérapeutiques dans un futur proche.

Il est utile de connaître son statut par rapport aux hépatites.

N’hésitez pas à demander des informations complémentaires à votre médecin ou aux biologistes des Laboratoires Ketterthill.

Nos Biologistes sont à votre écoute en semaine dès 7h30 par téléphone
488 288-1.

Pour plus d‘informations :

www.who.int

www.hepatites-info-service.org