Journée mondiale de lutte contre le Sida

Comme chaque année, le 1er décembre est la journée mondiale de lutte contre le SIDA. Cette journée internationale est consacrée à la sensibilisation à la pandémie du VIH / SIDA. Elle a été créée en 1988, par l’Organisation Mondiale de la Santé, soutenue par l’Organisation des Nations Unies.


En 2016, le programme ONUSIDA a publié un rapport préoccupant. Ce rapport montre que si des progrès notables ont été réalisés pour endiguer les nouvelles infections chez les enfants (baisse de 70% depuis 2001), la tendance est mauvaise chez les adultes où au contraire le recul stagne. Ce rapport pointe également du doigt les inégalités des populations face aux moyens de prévention.

Les cas de nouvelles infections à VIH ont été estimés à 1,8 million de personnes dans le monde au cours de l’année 2016 et 1 million de décès liés à l’infection à VIH ont été recensés sur cette même période.

L’urgence est donc à l’intensification de la prévention. En effet, l’objectif de l’ONUSIDA est clair : mettre fin à la pandémie d’ici 2030. Cette prévention passe entre autre par la valorisation d’évènements tels que la journée mondiale de lutte contre le SIDA et la mise en place conjointe de campagnes de sensibilisation.

Cette année l’ONUSIDA lance la campagne #myrighttohealth (#mondroitalasante). Cette campagne a pour but de mettre en avant les problèmes d’accès au traitement que ce soit dans les pays en voie de développement ou au sein des populations défavorisées des pays du nord

La situation au Luxembourg

On estime qu’un peu plus de 1000 personnes vivent avec le VIH au Luxembourg dont environ 13% ignorent leur statut sérologique. La contamination se fait principalement par les rapports hétérosexuels suivis par les rapports homo- et bisexuels. On note également une augmentation importante d’infections parmi les utilisateurs de drogues par voie intraveineuse surtout entre 26 et 35 ans. Il est donc primordial d’informer et sensibiliser notamment les personnes les plus à risque.

Où se faire dépister ?

Les dépistages par prise de sang peuvent s’effectuer dans vos laboratoires de Biologie médicale, à l’hôpital ou dans les centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic. Les tests sanguins de référence y sont réalisés, détectant une possible infection 6 semaines après un comportement à risque.

Il est recommandé de consulter un médecin avant de vous faire dépister au laboratoire afin qu’il estime les risques potentiels d’infection par le VIH mais également par les autres IST.

Certains centres spécialisés ou associations disposent quant à eux de tests rapides. Des tests rapides payants et à faire soi-même sont également disponibles en Pharmacie. Ces tests sont fiables pour un dépistage 3 mois après un comportement à risque mais ne constituent pas un diagnostic biologique et doivent être confirmés par une prise de sang au laboratoire en cas de résultats douteux ou positifs.