Suite à un incident technique survenu chez notre prestataire externe, nos délais d'impression et d'envoi des résultats papier sont impactés. Merci pour votre compréhension.

Vous vous posez des questions sur les tests du coronavirus SARS-CoV-2 responsable du Covid-19 ?

Nous répondons à vos questions en fonction des données scientifiques publiées.

FAQ : mieux comprendre les tests du coronavirus

  • Le coronavirus SARS-CoV-2 actuellement responsable de la pandémie mondiale et qui a provoqué la crise sanitaire que nous connaissons appartient à une grande famille de virus, appelée coronavirus, terme donné en référence à leur enveloppe recouverte de spicules ressemblant à une couronne.Les coronavirus sont connus depuis un peu plus de 50 ans. 
    Le plus souvent, ils provoquent des rhumes bénins. 
    Cependant, en 2003 est apparu un nouveau coronavirus responsable d’un Syndrome Respiratoire Aigu Sévère ou SRAS (Severe Acute Respiratory Syndrome). En 2012, un autre coronavirus, le MERS-CoV émerge au Moyen-Orient, responsable également de syndrome respiratoire aigu, le MERS (Middle-East Respiratory Syndrome). Et aujourd’hui, le SARS CoV-2 est responsable d’une nouvelle maladie baptisée Covid-19.
  • Il est possible grâce à des analyses réalisées en laboratoire de détecter soit la présence du virus lui-même par une technique dite de biologie moléculaire (technique directe) ou la présence d’anticorps dirigés contre le virus grâce à une technique de sérologie (technique indirecte).
  • Cette technique nécessite de prélever du virus à l’endroit où il se multiplie. Pour le coronavirus, c’est dans les voies respiratoires. 
    Ainsi, le prélèvement se fait profondément au niveau du nez (prélèvement naso-pharyngé) par un écouvillon (long coton-tige).
    La PCR (ou technique de Polymerase Chain Reaction) va multiplier le génome du virus pour qu’il soit détectable.
  • Le principe est complètement différent.
    Cette technique va dépister des anticorps fabriqués par notre organisme en réponse à l’agression par le coronavirus.

TOUT COMPRENDRE SUR LES TESTS PCR

  • Le test nasopharyngé est proposé pour diagnostiquer la présence du virus Coronavirus SARS-CoV-2 responsable du Covid-19.
    Il repose sur un prélèvement réalisé au niveau nasal dans lequel un écouvillon (un long coton-tige spécial) est introduit dans les narines. C’est un prélèvement réalisé par un professionnel de santé, qui ne prend que quelques minutes. Il est en général ressenti comme désagréable mais non douloureux. 
  • La recherche de l’ARN du virus permet de faire le diagnostic de Covid-19. L’ARN du virus est déjà présent avant l’apparition des premiers symptômes. 
    Il est possible de faire ce test dès le début des symptômes, la quantité de virus (charge virale) est plus importante pendant les premiers jours de l’infection.
  • La recherche du virus par PCR est le test recommandé par toutes les autorités sanitaires pour faire le diagnostic de l’infection aigue de Covid-19.
    Ses performances techniques sont très bonnes.
     Cependant, il peut arriver que malgré des signes très évocateurs d’une infection au coronavirus, la PCR soit négative. C’est possible si la quantité de virus prélevé est trop faible. Il est possible que le prélèvement ait été trop tardif par rapport aux symptômes. Il est également possible que le virus se soit déplacé au niveau des poumons et ainsi ne soit plus retrouvé au niveau du nez. 
  • Le virus est détectable 24h avant l’apparition des symptômes cliniques
    Il est présent en grande quantité aux débuts des symptômes puis diminue progressivement. 
    Ainsi il est préférable de rechercher le virus dès l’apparition des signes cliniques. 
  • Les frontaliers, munis d’une ordonnance peuvent faire le prélèvement au laboratoire.


Faire un prélèvement au laboratoire


Les résultats

  • Un test nasopharyngé négatif n’élimine pas une infection au coronavirus SARS-CoV-2. 
    Il existe 20 à 30% d’authentiques infections au coronavirus SARS-CoV-2 qui ont un 
    test nasopharyngé négatif. 
    Cela indique probablement que le virus est toujours présent, mais plus bas dans les voies respiratoires, et inaccessible à un prélèvement nasopharyngé.
     
    _ Il peut aussi s’agir d’un prélèvement qui a été fait trop tôt ou trop tard par rapport à la présence du virus dans les voies aériennes supérieures. 
  • Un test nasopharyngé positif affirme une infection au coronavirus SARS-CoV-2. Il n’y a pas de faux positifs

    Il est nécessaire de prendre un avis médical.
     
  • Notre expérience au laboratoire Ketterthill montre que le virus peut être détectable jusqu’à 5 semaines pour certains patients.
  • Oui, surtout au début des symptômes, il est donc très important de se protéger et de protéger son entourage car la contagiosité est importante.
     Après la fin des symptômes, si la PCR est toujours positive, il faut rester prudent et continuer à appliquer les gestes barrières. Il n’a pas été démontré que le virus en fin d’infection était contagieux mais la prudence reste de mise.

TOUT COMPRENDRE SUR LES TESTS DE SEROLOGIE

  • Les tests sérologiques permettent de rechercher des anticorps que certains globules blancs (les lymphocytes) fabriquent pour défendre l’organisme quand il est attaqué par un agent étranger, ici le coronavirus SARS-CoV-2.
     La recherche se fait sur une prise de sang 
  • La présence d’anticorps anti-coronavirus SARS-CoV-2 témoigne d’un contact avec le virus.Le système immunitaire met plusieurs jours voir semaines pour fabriquer des anticorps spécifiques au virus. 
    Ainsi, il faut attendre plusieurs jours, idéalement 3 semaines après le début des symptômes avant que le test ne détecte des anticorps.
  • Selon les recommandations de l’HAS en France (Haute Autorités de Santé), le laboratoire a comparé de nombreux tests afin de proposer celui qui est le plus fiable.
    Les tests de validation réalisés au laboratoire ont montré des performances insuffisantes pour les IgA, contrairement aux IgG qui ont une sensibilité et spécificité proche de 100%, trois semaines après le début des symptômes.  
  • Le système immunitaire fabrique plusieurs types d’anticorps selon le moment de l’infection.

    _ Les anticorps de type M ou A, qu’on appelle immunoglobuline M ou A (IgM et IgA) apparaissent précocement et en général diminuent rapidement puis disparaissent.
    _ Les IgG apparaissent un peu plus tardivement et restent en général plus longtemps détectables. Cependant, le Covid-19 est une maladie récente et on ne sait pas encore avec précision combien de temps ces anticorps spécifiques du coronavirus sont détectables. 
  • A l’heure actuelle, nous sommes toujours en phase de tests pour les IgM.
    Les tests de validation réalisés au laboratoire ont montré des résultats non satisfaisants pour les IgA, contrairement aux IgG qui ont une sensibilité et spécificité proche de 100%, trois semaines après le début des symptômes.
     
    Les tests sérologiques IgG  traduisent uniquement un contact avec le virus. Le diagnostic de l’infection aigue doit se faire par PCR.
  • Les anticorps peuvent apparaître précocement chez certains patients mais pas chez tous. Il est donc recommandé d’attendre 3 semaines pour avoir un test le plus fiable possible. 
  • Les frontaliers peuvent faire le prélèvement au laboratoire.


Faire un prélèvement au laboratoire


Les résultats

  • Le plus probable est que vous n’avez pas rencontré le virus SARS-CoV-2.
     
    Il est possible que  vous ayez été en contact avec le virus, et que vous soyez en phase d’incubation, ou au début d’une infection sans symptômes, et que dans ce cas les anticorps ne sont pas encore apparus.
     
    A noter que certains patients développent très peu d’anticorps et qu’il est possible que le taux reste inférieur au seuil de détection.
    Il est recommandé de poursuivre les gestes barrières.
     
  • La présence d’IgG signifie un contact avec le virus. 

    Attention, à l’heure actuelle, nous n’avons aucune 
    preuve que la présence d’anticorps signifie une protection (immunité), ou une absence de contagiosité. Le respect des gestes barrières reste indispensable. 
  • Des études sont en cours pour savoir si les anticorps sont protecteurs. Cependant, aujourd’hui, on ne peut pas affirmer une protection.
  • Les anticorps sont détectables 3 semaines après le début des symptômes. Nous ne savons pas actuellement combien de temps ils persistent. 
  • _ Si la sérologie est négative: les analyses montrent qu’à un instant T il n’y a pas d’anticorps détectables. Si vous vous infectez ensuite avec le coronavirus, les anticorps peuvent apparaître. Il est recommandé de prendre un avis médical avant de faire toutes analyses.
     _ Si la sérologie est positive: les analyses ont montré un contact avec le virus. Il n’est pas nécessaire de refaire l’analyse. 
    Attention, la présence d’anticorps n’exclut pas une réinfection possible ni la possibilité d’être toujours contagieux.
  • Le laboratoire Ketterthill, après avoir comparé différents kits, a choisi de proposer les anticorps de type IgG. 
    Les autres laboratoires peuvent proposer d’autres anticorps et c’est pourquoi les résultats peuvent être différents. 

Schéma et tableau récapitulatif des tests proposés par le Laboratoire Ketterthill