Journée Internationale de la lutte contre la Tuberculose

La Journée Internationale de lutte contre la Tuberculose, célébrée chaque année le 24 mars, est l’occasion de faire le point sur cette infection due à une mycobactérie appelée Mycobactérium tuberculosis ou bacille de Koch.

Elle touche essentiellement le tiers-monde mais aussi l’Europe de l’Est (surtout Estonie, Lettonie, Ukraine, Russie et Moldavie), l’Asie Centrale (Azerbaïdjan, Tadjikistan, Ouzbékistan et Kazakhstan) mais aussi l’Afrique du Sud. La Chine et Inde concentrent 50% des cas mondiaux.

La moyenne des cas dans les pays de l’Europe de l’Ouest est d’environ 7 cas pour 100 000 habitants. Cependant, une très grande vigilance est toujours nécessaire car les cas importés représentent la majorité des cas déclarés. Dans certaines grandes villes européennes, une augmentation de 15% de l’incidence de la tuberculose a été constatée. Cette situation est principalement due à une augmentation du nombre de cas de tuberculose chez les personnes provenant de zones géographiques à forte incidence.

La maitrise de la tuberculose nécessite l’identification rapide des cas et leur prise en charge précoce par un traitement antituberculeux adéquat et complet, permettant de guérir le patient, de limiter la propagation du bacille et d’éviter le développement de la résistance aux antituberculeux.

L'Organisation Mondiale de la Santé souhaite sensibiliser les différentes autorités en rappelant que le nombre de cas de tuberculose multi-résistante a doublé ces dernières années. On estime que 5% des cas de tuberculose dans le monde sont des tuberculoses multi-résistantes, concernant 3,5% des nouveaux cas et 20,5% des cas déjà traités.

Différents tests diagnostics sont disponibles, notamment :

- le test tuberculinique (intradermoréaction à la tuberculine) qui permet de constater s’il y a une réaction après une petite injection intra-dermique sur l’avant bras, réalisé par votre médecin.

- les tests sérologiques avec prise de sang. Ce test permet de voir si des cellules ont réagi contre le bacille de la tuberculose en sécrétant des molécules (interféron γ) qu’on peut doser. Ils ne sont pas influencés par les vaccinations antérieures par le BCG.

Ces analyses sont remboursables par la CNS dans des cas bien particuliers que le médecin doit préciser. Il s’agit de :

  1. Patients HIV + avec immunodépression,

  2. Aide au diagnostic d'une tuberculose extra-pulmonaire,

  3. Aide au diagnostic d'une tuberculose active chez les enfants de 5 à 18 ans,

  4. En cas de contact étroit avec une personne atteinte de tuberculose active,

  5. Avant la mise en route d'un traitement par anti-TNF ou immunosuppresseur,

  6. Examen d'embauche et suivi des professionnels de santé exposés.

N'hésitez pas à en parler à votre médecin ou aux biologistes de votre laboratoire Ketterthill.