Following a technical incident at our external service provider, our deadline for printing and mailing paper results is extended. Thank you for your understanding.

Journée Mondiale du don d'organes 2015


L'équipe Ketterthill était présente à la Journée Mondiale du don d'organes qui s'est déroulé le dimanche 11 octobre 2015.
Cette journée organisée autour d'un marathon d'indoor cycling est l'occasion de sensibiliser le public à l'importance du don d'organes.

Pénurie de donneurs d'organes en Europe

Tous les jours, des personnes souffrant d’une maladie grave ont besoin d’une greffe d’organe urgente. Cependant, il existe actuellement une grande pénurie d’organes. L’attente pour un organe compatible peut parfois s’étendre sur plusieurs années. Aujourd’hui, en Europe, plus de 50.000 personnes sont sur les listes d’attente pour une greffe d’organe. Chaque jour, 12 d’entre elles décèdent, faute d’organe disponible. Pour venir en aide à ces personnes, il est important de prendre une décision au sujet du don d’organes.

Au Luxembourg, le nombre d'organes disponibles ne suffit pas

«Au Luxembourg comme ailleurs, le nombre d'organes disponibles ne suffit pas pour répondre aux besoins des malades en attente d'une transplantation d'organe», a expliqué la ministre de la Santé, Madame Lydia Mutsch.

Neuf explantations d'organes ont pu être réalisées au Luxembourg en 2008, aucune en 2009, trois en 2010, neuf en 2011, quatre en 2012, huit en 2013 et 4 en 2014. Malgré cela, il y a environ 65 malades chaque année sur la liste d'attente pour une greffe au Grand-Duché. Plus ou moins un tiers de ces patients sont greffés par an. Chaque année un nombre croissant de personnes décèdent, faute d'avoir pu être transplantées à temps. Nous pouvons donc parler de pénurie de donneurs d'organes en Europe et au Luxembourg.

Prenez position, parlez-en à votre famille et votre entourage !

Même si une grande partie de la population luxembourgeoise se déclare favorable au don d’organes, seulement une minorité de personnes portent une carte de donneur d’organes sur elles, ceci malgré notre législation qui est basée sur le consentement présumé, et malgré de nombreuses campagnes d’information et de sensibilisation à ce sujet auprès de la population.

«L’inscription de sa volonté sur la petite carte de donneur d’organes appelée «passeport de vie» facilitera le travail des équipes médicales et soignantes, sachant que la procédure de prélèvement et de transplantation d’un organe est une opération délicate et souvent une course contre la montre», a insisté Lydia Mutsch.
Manifester sa position du temps de son vivant soulagera, en cas de décès inopiné, ceux qu’on aime d’une lourde charge émotionnelle dans une situation difficile et souvent inattendue.


Plus d'informations : http://www.sante.public.lu/