Chapitre III : Le lien entre le patient et le biologiste

Découvrez le métier de biologiste, à travers l’interview du docteur Caroline Scheiber, pharmacien biologiste chez Ketterthill.

Lors des validations, vous avez souvent les patients au téléphone. Là aussi, votre mission est très importante, pourriez-vous nous en dire plus ?

Lorsqu'ils reçoivent leurs résultats, les patients nous appellent souvent car ils ne comprennent pas tout, ils ne veulent pas déranger leur médecin qui est occupé. Ils ont besoin d'être rassurés. On leur donne donc des explications simples, mais sans se substituer au médecin, parce que nous n'avons pas le côté clinique, indispensable à la bonne interprétation du bilan.

Une manière d'expliquer les choses concernant les valeurs normales: souvent je leur dis « la taille moyenne des françaises est de 1 mètre 63, moi je fais un 1 mètre 59, je suis petite mais je ne suis pas pour autant anormale »... (rires).

Cet échange avec le patient, comment le définiriez-vous ?

En général, les patients sont très contents quand nous les avons au téléphone, car nous les rassurons, nous sommes disponibles pour leur expliquer de façon simple leurs résultats. J’apprécie cette partie de mon travail car c’est gratifiant.

Parfois, nous sommes là également pour les alerter, pour leur conseiller d'aller voir leur médecin. Quand je n’arrive pas à joindre le médecin et qu'il y a un résultat très pathologique, alors j’appelle le patient pour savoir comment il va et si le médecin l'a déjà contacté. Dans le cas contraire, je l’oriente vers un autre médecin de son choix ou vers l’hôpital si nécessaire. Cela fait aussi partie de notre « mission». Il faut s'assurer que le résultat a bien été transmis, que le médecin l’a vu et a pris en charge le patient.

La suite au prochain chapitre IV : "Biologiste, un métier qui évolue avec les nouvelles technologies".

Chapitres précédents :

Chapitre I : Comment devient-on biologiste ?

Chapitre II : Quel est le rôle du biologiste au sein du laboratoire ?