Following a technical incident at our external service provider, our deadline for printing and mailing paper results is extended. Thank you for your understanding.

Chapitre IV : Biologiste, un métier qui évolue avec les nouvelles technologies

Découvrez le métier de biologiste, à travers l’interview du docteur Caroline Scheiber, pharmacien biologiste chez Ketterthill.

Diriez-vous que le métier de biologiste évolue ?

Effectivement, notre métier évolue avec plus d’automatisation et de nouvelles techniques de diagnostic plus performantes. Par exemple, la microbiologie était très manuelle il y a quelques années encore. Actuellement, nous travaillons avec un spectromètre de masse, un ensemmenceur automatique, des étuves intelligentes.

De plus l'automatisation va vers une sécurisation grâce à une lecture code-barres, elle permet également de libérer nos collaborateurs de tâches ingrates sans valeur ajoutée (déboucher des tubes, tremper une bandelette dans une urine…). Ainsi, notre personnel peut se concentrer sur son expertise technique, et c’est beaucoup plus valorisant.

Le rôle de manager constitue une autre évolution du métier, c'est quelque chose que l’on n'apprend pas lors de nos études. Nous avons été formés pour être des experts techniques. Le management s’apprend avec l’expérience, il faut également une appétence naturelle. Chez Ketterthill, nous avons pu bénéficier de formations internes enrichissantes. C'est très motivant d'entourer une équipe, de la faire monter en puissance, d'expliquer pourquoi on va faire tel ou tel changement, c'est très gratifiant. C'est un volet de mon métier qui me plait beaucoup. On est dans l'humain, plus seulement dans le domaine de "expertise technique".

Vous êtes également responsable du service des "relations extérieures", pourriez-vous nous expliquer en quoi consiste ce service ?

Ce service a été créé pour répondre aux besoins des médecins de la manière la plus personnelle possible. En effet, chaque médecin a des exigences qui lui sont propres et notre équipe se déplace dans les cabinets médicaux afin de recueillir ces besoins. Nous leur apportons également des explications sur des nouvelles techniques ou des nouvelles analyses, sur les changements qu'il y a eu avec la nouvelle nomenclature et les nouvelles règles de prescription. Notre équipe fait environ 800 visites par an.

Notre mission est de simplifier le travail du médecin, que les résultats de laboratoire ne soient pas un souci pour lui, pour qu'il n'ait plus qu'à se concentrer sur sa mission.

Vous êtes également responsable du service "microbiologie"

C'est exacte. Ce service est composé d’une équipe de 13 techniciens, dont une responsable technique, Hélène et de 2 biologistes, Serge et moi, qui supervisons au quotidien. Le biologiste est là pour traiter les dossiers compliqués, pour mettre en place les nouvelles techniques. On organise des réunions mensuelles avec tout le service. Avec la responsable technique, on a une réunion hebdomadaire pour faire le point sur les fournisseurs, le personnel, l’organisation ...

Qu'est-ce qui vous plait le plus dans votre métier ?

Ce qui me plait le plus, c'est de travailler en équipe, on se confronte, chacun apporte sa pierre à l'édifice, chacun a une vision. Mon métier est très complet, très varié, ce qui me permet d’avoir une vision globale de l’entreprise.

La suite au prochain chapitre V : "Discipline, rigueur, et formation sont des maîtres mots chez Ketterthill".

Chapitres précédents :

Chapitre I : Comment devient-on biologiste ?

Chapitre II : Quel est le rôle du biologiste au sein du laboratoire ?

Chapitre III : Le lien entre le patient et le biologiste